Qu'est-il arrivé à MySpace ? | Company Forensics
Monserrath Vargas
6 février 2020
  |  

Qu'est-il arrivé à MySpace ? | Company Forensics

Monserrath Vargas
6 février 2020
  |  

Rejoignez les 100 000 entrepreneurs qui nous lisent chaque mois

Nous l'avons !
Vous aurez bientôt de nos nouvelles.
Oups ! Quelque chose s'est mal passé lors de l'envoi du formulaire.

Si vous étiez un adolescent au début des années 2000, vous vous souviendrez qu'il existait un site qui a transformé le concept de réseau social et est devenu une bannière Web 2.0, dans laquelle les gens cessaient, pour toujours, d'être des sujets d'information passifs.

Il s'agissait de MySpace, une plateforme fondée en 2003 qui libérait les utilisateurs de la création d'une page web, pour leur offrir en retour, un profil sur lequel ils pouvaient imprimer leur personnalité, ajouter des amis, des photos, de la musique et leurs vidéos préférées.

Rapidement, le réseau social fondé par Tom Anderson et Chris DeWolfe a montré sa véritable vocation musicale et il est même devenu la plateforme qui a catapulté les carrières de groupes comme les Arctic Monkeys.

La société News Corp, détenue par le magnat des médias Rupert Murdoch, a flairé le succès et a décidé d'acheter MySpace en 2005 pour 580 millions de dollars. Même si six ans plus tard, il ne la vendra que pour 35 millions de dollars.

Sur la voie du succès, le site a dépassé des plateformes comme Google et Yahoo en termes de trafic, et a attiré cinq millions de nouveaux membres chaque mois.

Cependant, le manque d'évolution et de vision de ses nouveaux propriétaires (parce qu'elle a changé plusieurs fois de mains) a permis à d'autres concurrents d'arriver et de lui arracher son règne, la transformant en une ville fantôme qui, croyez-le ou non, existe ou subsiste, jusqu'à la date.

C'est Startup Forensics: MySpace

Même si vous avez eu un profil MySpace mais que vous ne connaissez pas encore son histoire, vous connaissez sûrement Tom Anderson, l'un de ses fondateurs. Oui, Tom, celui qui est devenu votre premier ami et celui de tous les utilisateurs, lorsqu'ils ont décidé d'ouvrir leur profil MySpace pour la première fois.

En 1990, MySpace Tom, comme on l'appelle, était chanteur pour Swank, un groupe de rock de San Francisco ; bien que plus tard, il ait changé de musique pour un emploi de jour et soit allé travailler chez Xdrive Technologies, en tant que rédacteur du département marketing.

Chris DeWolfe était le vice-président des ventes et du marketing de cette même société, en octobre 1999. Cependant, Xdrive Technologies a fermé en mars 2001.

C'est alors que DeWolfe et Anderson ont vu l'opportunité de créer une société appelée Response Base, également axée sur le marketing sur Internet.

Leur société a été rachetée par eUniverse en septembre 2002 et c'est alors que les deux entrepreneurs ont décidé de créer MySpace en tant que division de eUniverse, en août 2003.

DeWolfe devient le directeur exécutif de la société et Anderson son président. 

MySpace a d'abord grandi à Los Angeles, où la société était basée, puis s'est étendue à New York et Hawaï. Selon DeWolfe, il a reconnu dans une interview : "Je ne sais pas exactement pourquoi, mais 70% d'Hawaii était sur MySpace dès le début."

Le site a permis aux utilisateurs de donner à leur page le look qu'ils voulaient et a ajouté des fonctions selon leurs demandes. De plus, n'importe qui pouvait avoir un profil, sans avoir besoin d'une invitation, ce que Facebook n'offrait pas au début.

Quelle était la clé du succès ?

Au moment où MySpace est apparu sur la scène, l'industrie de la musique a été fortement secouée.

  • Le total des recettes provenant des ventes et des licences de musique aux États-Unis a été réduit de moitié.
  • Les ventes de CD ont connu une chute libre.
  • Les téléchargements illégaux gratuits se faisaient partout sur Internet et cela constituait une menace pour l'industrie.


Et puis la plateforme est passée d'ennemie à partenaire des labels qui y voyaient la possibilité de diffuser du contenu d'une manière différente.

DeWolfe a trouvé une autre raison du succès du site. Le moment était venu : les émissions de téléréalité offraient à chacun la possibilité de devenir célèbre, tout comme MySpace. La plateforme permettait également de sauter vers la célébrité du jour au lendemain. Comme ce fut le cas avec la carrière d'Arctic Monkeys.

La renommée

Arctic Monkeys, un groupe indie de Sheffield, au Royaume-Uni, est né lorsqu'un jeune groupe de voisins a demandé des instruments de musique comme cadeau de Noël et a décidé de monter son propre groupe de rock.

Loin d'avoir cherché la gloire, la célébrité est venue via MySpace, par le biais d'un profil dont ils n'avaient même pas connaissance. 

Les membres du groupe se sont limités à écrire des chansons et à se produire dans des spectacles, où ils ont distribué des CD faits maison avec des échantillons de leur travail. Cependant, leurs amis et fans ont créé un profil sur Myspace et ont téléchargé des singles comme I Bet You Look Good On The Dancefloor.


Mais ce ne serait pas un cas isolé, la chanteuse britannique Lily Allen, qui est apparue sur MySpace et a remporté un contrat avec Regal Recordings, serait également ajoutée à la liste des succès.

Son premier single Smile a été téléchargé légalement à un demi-million d'exemplaires. En outre, son premier album Alright, Still s'est vendu à deux millions et demi d'exemplaires.

"Je pense que le secret du succès de MySpace est que l'on ne vous vend rien", a-t-elle déclaré au Guardian en mars 2006, quelques mois avant sa première sortie

Le succès de MySpace a attiré l'attention de News Corp, la société du magnat des médias Rupert Murdoch.

Myspace a été vendu à cette société pour 580 millions de dollars en 2005 et comptait alors environ 25 millions d'utilisateurs.

L'année suivante, ils avaient déjà atteint 100 millions d'utilisateurs et dépassé le géant de l'Internet, Google, en tant que site le plus visité aux États-Unis.

Mais, le vent du changement n'a pas soufflé autant en faveur.

Le journaliste et écrivain Tom Standage a souligné dans Writing on the Wall que le nouveau propriétaire a traité Myspace comme "un média plutôt qu'une plateforme technologique et semblait plus intéressé par la maximisation des revenus publicitaires que par la réparation ou l'amélioration de la technologie sous-jacente du site".

Le procès

En novembre 2006, l'idée de partager des chansons et des clips musicaux enthousiasmait les utilisateurs de MySpace, mais dérangeait les maisons de disques comme Universal Music Group.

Universal Music a décidé de poursuivre le réseau social devant le tribunal de district des États-Unis à Los Angeles, en affirmant que MySpace était un "vaste entrepôt virtuel" d'œuvres piratées par certains des artistes les plus connus de la société.

Dans un communiqué de presse, Universal a déclaré "Les entreprises qui cherchent à faire des compromis sur notre contenu et sur le travail de nos artistes et de nos compositeurs ne devraient pas être libres de le faire sans autorisation et sans rémunérer équitablement les créateurs de contenu,"

MySpace a répondu qu'il était à l'avant-garde dans le développement d'initiatives visant à protéger les droits des créateurs et a déploré le procès.

Une solution pour apaiser la colère des labels a été MySpace Music, une société qui est arrivée deux ans plus tard, en 2008. Elle était constituée par le réseau social et trois des plus importantes maisons de disques : Sony BMG Music Entertainment, Universal Music Group et Warner Music Group. 

Le nouveau service combinerait la page de destination MySpace Music, plus de 5 millions de profils d'artistes et les pages de destination des utilisateurs individuels. En outre, il offrirait aux groupes et aux fans de multiples points de contact pour découvrir, partager et acheter de la musique et des produits en un seul endroit, à partir de l'appareil portable de leur choix. 

Quels sont les avantages pour les utilisateurs ? Ils pourraient télécharger et découvrir de la musique, la diffuser en streaming et personnaliser leur contenu, ainsi que créer leur propre playlist.

Alors que les artistes auraient la possibilité de fournir à leurs fans des téléchargements numériques, des sonneries de téléphone portable, des SMS et des fonds d'écran d'artistes. Ces informations seraient disponibles sur leurs profils officiels.

Le pari de MySpace Music a été évalué à 2 milliards de dollars après son lancement.

Cependant, les startups sont toujours immergés dans un écosystème qu'il ne faut jamais négliger. Spotify, Facebook et YouTube ont représenté un véritable casse-tête pour MySpace.

Voyons pourquoi.

Les maisons de disques avaient déjà investi dans MySpace. Mais ils ne mettraient jamais tous les œufs dans le même panier, n'est-ce pas ? C'est pourquoi ils ont décidé en 2008 d'accorder à la société suédoise Spotify le capital et les licences musicales dont ils avaient besoin pour faire évoluer leur affaire.

D'autre part, Facebook était sur les talons de MySpace et en 2009, il a réussi à égaler le nombre d'utilisateurs que ce réseau social avait aux États-Unis : environ 70 millions selon les chiffres de ComScore.

Et enfin, deux des labels Universal Music Group et Sony, qui faisaient également partie de MySpace Music, ont décidé de s'associer à YouTube pour créer Vine, un site de streaming vidéo qui est presque immédiatement devenu célèbre. Mais ce site est mort par la suite. Allez voir notre vidéo. 

En juin 2009, l'entreprise a décidé de licencier 400 employés, soit près de 30 % de son personnel, pour en conserver 1 000.

a déclaré Owen Van Natta, directeur exécutif de MySpace, deux mois plus tôt : "Nos effectifs ont été gonflés et ont entravé notre capacité à être une entreprise efficace et agile, axée sur le travail d'équipe. Je comprends que ces changements soient douloureux pour beaucoup. Ils sont également nécessaires pour la santé et la culture à long terme de MySpace. Notre intention est de revenir à un environnement d'innovation axé sur nos utilisateurs et notre produit. "

Nouveau visage

En octobre 2010, MySpace a été repensé : la société a décidé de changer à la fois son logo et son contenu.

Un mois plus tard, MySpace a décidé de signer une alliance avec le réseau social de Mark Zuckerberg, afin que les utilisateurs puissent entrer sur le site en utilisant leurs identifiants Facebook et importer leurs intérêts musicaux, qui seront reflétés sur MySpace.


Descente

Début 2011, le site était une ville fantôme d'où les utilisateurs s'enfuyaient vers d'autres plateformes plus intéressantes.

Selon les données de ComScore, MySpace a eu 45 millions de visiteurs uniques en janvier 2011, alors que le précédent en avait 70 millions.

News Corp a baissé les bras en juin et a reconnu qu'il n'y avait pas d'autre choix que de vendre la société qui ne laissait que des pertes.

Et bien qu'ils demandaient au moins 100 millions de dollars, ils ont dû se contenter des 35 millions de dollars versés par Specific Media, une société des frères Tim et Chris Vanderhook, associée au chanteur et acteur Justin Timberlake.

C'est Timberlake lui-même qui est apparu, en janvier 2013, comme le visage du New MySpace, qui cherchait à se concentrer sur la musique, bien que pas aussi alternative qu'à l'époque des Arctic Monkeys, bien sûr. 

Dès lors, l'histoire de MySpace est connue pour les changements constants de main en main.

En 2015, Interactive Media Holdings, la société mère de Specific Media et MySpace, a changé de nom pour devenir Viant et en 2016, elle a été rachetée par Time Inc.

Le scandale le plus récent, oui, car MySpace existe toujours, a été la perte irrémédiable de fichiers téléchargés entre 2003 et 2015.

Bien que la nouvelle ait été communiquée en mars 2019, la perte de données remonte à un an.

Face à ce nouveau scandale, la société a fait un rapport : "À la suite d'un projet de migration, toute photo, vidéo ou fichier audio que vous avez téléchargé il y a plus de trois ans peut ne pas être disponible sur MySpace. Nous nous excusons pour ce désagrément et vous suggérons de conserver des sauvegardes".

C'est peut-être une autre raison pour laquelle les derniers habitants de la ville fantôme ont décidé de mettre un verrou sur leurs profils et de partir pour toujours.

Que pouvons-nous apprendre de MySpace ? 

  • Surveillez l'écosystème : N'oubliez pas qu'en grandissant, d'autres entreprises de l'écosystème peuvent faire des choses plus nouvelles que vous. Ne les quittez pas des yeux et surtout, continuez à bouger et à vous réinventer. 
  • Sécurisez vos données : Si la nostalgie est l'une des raisons pour lesquelles les utilisateurs restent sur votre plateforme, assurez-vous de conserver les informations sauvegardées et sécurisées.
  • Apprenez à lâcher prise : Si votre produit vous laisse plus de pertes que de profits sur une longue période, lâchez-le.
Plus d'articles de notre blog